top of page

Faut-il partir à l’étranger pour améliorer son anglais aéronautique ?


Partir à l'étranger, une solution pour améliorer son anglais aéronautique.
Vivre à l'étranger pour perfectionner son anglais aéronautique, une solution envisageable !

Les pilotes le savent : prouver leur degré de compétence linguistique est une obligation à laquelle ils devront se plier tout au long de leur carrière. 


Comment parvenir à maintenir son niveau pour répondre aux exigences des compagnies aériennes ? 


Si s’expatrier peut représenter une solution, faut-il partir à l’étranger pour améliorer son anglais aéronautique ? Quelles autres alternatives 


La question vous taraude… Pas facile de se lancer dans l’aventure ! 


Faisons donc un point sur le sujet.


1. Quels sont les avantages de partir à l’étranger pour améliorer son anglais aéronautique ?


Une immersion bénéfique en général


Se plonger dans un environnement anglophone offre une expérience unique : quelle meilleure manière de pratiquer au quotidien ? En côtoyant des locuteurs natifs, vous pouvez enfin tester votre maîtrise dans des situations réelles. 


Apprendre l’anglais en immersion complète dans la langue et la culture du pays permet de progresser bien plus rapidement. Impossible de l’éviter : vous devez vous exprimer pour vous faire comprendre et obtenir ce que vous désirez. En parlant chaque jour, votre vocabulaire s’élargit, vous gagnez en confiance et en aisance à l’oral.  


Une opportunité d’améliorer son anglais aéronautique


C’est par ailleurs l’occasion de rencontrer d’autres professionnels de l’aéronautique venant du monde entier. Pourquoi ne pas suivre des cours de vols avec des instructeurs natifs pour vous guider en communication radio et vivre une expérience d’échanges réels ?


Vous familiariser avec l’anglais aéronautique auprès d’étrangers peut renforcer votre confiance linguistique


Les pilotes doivent se préparer à une communication efficace dans des scénarios aéronautiques variés et parfois délicats. Les échanges avec les professionnels de la circulation aérienne doivent être fluides et sans ambiguïté. Un entraînement à l’étranger offre une aide certaine en permettant aux pilotes d’assimiler naturellement du vocabulaire spécifique, des usages grammaticaux, comme s’accoutumer à l’écoute d’accents différents !


Des opportunités de développement


Présenter une expérience approfondie en anglais atteste de votre compétence linguistique. Des portes peuvent s’ouvrir vers de nouveaux postes et le réseautage créé lors de votre séjour peut vous offrir un jour une opportunité professionnelle… 


Maîtriser l’anglais de manière solide vous permet d’envisager des perspectives de carrières à l’échelle mondiale.


Au-delà de l’amélioration en anglais, vivre à l’étranger apporte une réelle richesse culturelle. Comprendre les autres façons de penser et d’interagir contribue à renforcer adaptabilité et sensibilisation aux différentes coutumes et règles sociales. 


Vous pouvez vous informer sur la manière dont sont menées les opérations aériennes dans différents pays et ainsi mieux connaître les normes aéronautiques internationales


Finalement, cette ouverture d’esprit confirme votre aptitude à collaborer avec des professionnels de tous pays et à évoluer avec succès ! 


2. Quels sont les inconvénients ?


Le coût


S’expatrier implique forcément une charge financière, plus ou moins importante selon le projet. Outre les frais de formation éventuels, vous ne pouvez éviter le coût de la vie quotidienne : nourriture, transport, logement, etc.


Selon la durée choisie, l’enveloppe peut s’alourdir. Les variations des taux de change peuvent peser. Travailler à l’étranger peut vous permettre de compenser une partie de vos dépenses. Mais la difficulté sera alors de parvenir à concilier emploi et études… 


Une analyse préalable minutieuse de votre budget reste le meilleur moyen d’éviter les mauvaises surprises !


Les difficultés d’adaptation


Se fondre dans des coutumes différentes, découvrir d’autres normes sociales, partager de nouveaux modes de vie : s’ajuster à ces différences n’est pas toujours aisé. 


Les comportements acceptables et les règles de politesse varient d’une culture à une autre. Il faut prendre conscience de ces subtilités pour éviter tout malentendu. Un sentiment d’isolement culturel peut en découler et l’éloignement familial peut aggraver le stress ressenti. 


Gardez votre esprit ouvert et demandez conseil auprès de personnes expérimentées. Vous tirerez toujours parti de cette belle expérience !


Pas facile de perfectionner son anglais aéronautique


Développer vos compétences d’adaptation permet de relever le défi du choc culturel dans votre quotidien. Améliorer votre anglais aéronautique reste pourtant l’enjeu initial et l’objectif de votre départ à l’étranger.


Communiquer en anglais peut présenter des difficultés malgré une compétence linguistique solide. Les expressions idiomatiques et les nuances linguistiques peuvent varier d’un pays à l’autre, entraînant parfois des malentendus involontaires.


Rencontrer des personnes évoluant dans le milieu aéronautique peut également ne pas être facile. Vous devez réussir à trouver les moyens de vous construire un réseau localement pour y parvenir. Essayez de participer à des activités en lien avec l’aviation : salons, forums, expositions, etc. 


3. Quelles alternatives pour améliorer son anglais aéronautique sans partir à l’étranger ?


Pratiquer quotidiennement


Le rôle de l’anglais dans l’aviation est crucial


Maîtriser la phraséologie aéronautique est une nécessité, mais surtout une garantie d’efficacité et de sûreté. Une communication fluide s’avère essentielle dans le quotidien professionnel des pilotes, notamment dans un contexte international.


Comment maintenir votre niveau dans cette compétence clé ? En pratiquant le plus souvent possible !


Sur votre lieu de travail, en discutant avec des collègues anglophones, ou en toute autonomie en instaurant une bonne routine d’entraînement :


  • lisez des magazines spécialisés ou des manuels techniques en anglais ;

  • regardez des vidéos ou des documentaires ciblés sous-titrés (ou non !) ;

  • Écoutez la radio ou des podcasts techniques ;

  • visionnez vos films préférés en version originale ;

  • etc.


Une pratique constante, au-delà de la maîtrise générale, est essentielle pour maintenir votre niveau et vous améliorer sans même vous en rendre compte. 


En intégrant ainsi l’anglais aéronautique dans votre quotidien, vous mémoriserez bien plus facilement le vocabulaire requis. Avec l’entraînement, vous parviendrez à comprendre instantanément les messages radio et à vous exprimer de manière fluide, naturelle et sans stress de devoir le faire en anglais… 


Un pilote serein prêt à affronter toutes les situations !


Suivre des cours en ligne


Opter pour une formation spécialisée complète idéalement la mise en place d’une bonne routine. La majorité des compagnies aériennes exigent un niveau 5 minimum au FCL 055… Vous devez donc prouver vos compétences pour obtenir et conserver votre licence de pilotage


Des cours d’anglais en ligne spécifiques à l’aéronautique offrent la possibilité d’acquérir le lexique propre à l’aviation. Justifier d’un bon niveau en anglais général ne suffit pas ; maîtriser la phraséologie est indispensable.


Pour vous exercer, pourquoi ne pas vous faire accompagner par des formateurs spécialisés ? Un coaching personnalisé vous permet :


  • d’identifier vos forces et faiblesses

  • d’établir un plan de travail efficace, 

  • de varier les méthodes d’apprentissage, 

  • de vous perfectionner rapidement et de mesurer vos progrès dans chaque compétence exigée pour l’examen du FCL 055.


Faut-il partir à l’étranger pour améliorer son anglais aéronautique ? 


À chacun de faire le point sur ses besoins et contraintes pour juger au mieux. Le budget et l’éloignement peuvent représenter un frein pour certains. D’autres privilégieront les bénéfices incontestables qu’un séjour au-delà des frontières peut leur apporter. 


Pourquoi ne pas réaliser un bilan de vos compétences pour vous aider dans votre prise de décision ?


Besoin d’y voir plus clair ? Discutons-en !




0 commentaire

Comments


bottom of page